Un corps unique d’enseignants pour l’école fondamentale ?

Les 20 et 21 janvier dernier, le colloque de l’association Éducation et Devenir avait pour thème « L’école fondamentale : de la maternelle au collège, l’école, creuset de la formation d’un citoyen éclairé ». Le Sgen-CFDT était invité à intervenir dans l’atelier « Un corps unique d’enseignants pour l’école fondamentale ? ». Ci-dessous, le texte produit pour l’occasion.

Le corps unique d’enseignant est une revendication constante du Sgen-CFDT, le métier d’enseignant est un métier unique qui peut s’exercer dans des conditions différentes qui doivent être prises en compte.

Il faut abandonner la conception du métier sur la seule base d’obligations réglementaires de service pour reconnaître la diversité de l’ensemble des tâches demandées aux enseignants. Un service repensé dans ces conditions doit permettre de moduler les formes d’exercice du métier selon les choix d’investissement que chacun fera librement au sein de l’équipe.

La définition d’une école fondamentale, qui impose de repenser dans un même mouvement l’école et le collège doit être l’occasion de donner du sens au métier en confiant à une équipe d’enseignants la responsabilité d’un groupe d’élèves sur la durée d’un cycle de trois ou quatre ans. L’enseignant n’est plus seul face à une classe mais partie intégrante d’une équipe, responsable d’une cohorte d’élèves au sein d’un cycle. La liaison inter-cycles doit bien sûr être réfléchie et travaillée.

La notion de valence, qu’elle soit poly, bi ou mono, n’a plus de sens dans une école fondamentale organisée en cycles pluriannuels dans la logique du socle commun.

C’est l’occasion d’imaginer une différenciation disciplinaire progressive depuis les codes et les outils (langue, éléments mathématiques de base, découverte culturelle) jusqu’à, en fin de scolarité obligatoire, l’architecture disciplinaire proche de celle du lycée.

Être responsable, tuteur d’un groupe d’élèves tout au long d’un cycle implique une connaissance approfondie des progrès et des difficultés rencontrés par chacun des élèves, la gestion des aides à mettre en place, les livrets scolaires et les rencontres avec les familles, le suivi de l’acquisition du socle commun.

Les équipes en charge d’un cycle seraient constituées de PE en début de scolarité, puis seraient mixtes, avec des PE (titulaires d’une mention complémentaire lettres ou sciences) et des PLC (titulaires d’une mention généraliste). Dans la formation des enseignants, des modules de formation spécifiques aux disciplines, aux niveaux d’exercice (école fondamentale, lycée, …) ou au type de métier (enseignant/CPE) doivent compléter les modules qui organisent l’acquisition des connaissances et compétences transversales et communes.

Publicités